17ème Assemblée générale ordinaire de la COSPECO

La ville de Dakar intègre l’organisation

Ouverte le 26 mai dernier à Brazzaville, en conformité avec le règlement intérieur de cette commission en vue de passer le témoin au maire de Brazzaville, la 17ème assemblée générale de la commission spéciale de coopération Kinshasa-Brazzaville a renvoyé cette question à sa prochaine assemblée générale ordinaire.

C’est finalement au mois d’août prochain que le maire de Brazzaville, Hugues Ngouélondélé prendra les rênes de la COSPECO pour les deux années avenir. C’est l’une des conclusions de la 17ème assemblée générale ordinaire de cette organisation pour laquelle, la mandature actuellement assurée par le Gouverneur de la ville province de Kinshasa, André Kimbuta Yango, est arrivée à terme. Un transfert de témoin qui n’a pu s’effectuer sur demande de l’assemblée générale en vue de permettre au secrétariat général de la COPESCO de diligenter le traitement des dossiers en cours. La 17ème assemblée générale ordinaire de la COSPECO, néanmoins aura eu pour particularité, la participation du maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, élevé au rang de citoyen d’honneur de la ville de Brazzaville au même titre que son homologue de Kinshasa et venu pour la circonstance, parapher le protocole de jumelage triangulaire Kinshasa-Brazzaville-Dakar. Après Brazzaville, c’est la ville de Kinshasa qui a abrité le 27 mai 2015, les travaux de l’assemblée générale extraordinaire de la COPESCO. Une réunion consacrée essentiellement à la signature du Protocole de jumelage triangulaire liant les villes de Kinshasa, Brazzaville et Dakar. Ce protocole de jumelage, non seulement, il vient dessiner la vision d’un développement local intégré entre l’une des villes les plus organisées du continent africain et deux villes de l’Afrique centrale, mais veut aussi témoigner des liens séculaires de coopération entre les trois pays. Des liens réciproquement entretenus par les Présidents Denis Sassou Nguesso du Congo, Joseph Kabila Kabangué de la RD Congo et Maki Sall du Sénégal.

Dans la perspective d’unir les efforts communs pour le développement de leurs cités et des populations respectives, les trois maires ont convenu de promouvoir entre les villes, des échanges économiques, sociaux, culturels, sportifs et touristiques. Aussi, œuvrer pour rapprocher les administrations des trois villes et leurs populations par le partage des expériences et la mise en place des projets susceptibles de contribuer au développement durable et à la promotion de la coopération décentralisée. Enfin, agir de manière concertée pour la résolution des conflits communautaires. Comme à Brazzaville, les maires de Dakar et de Brazzaville ont été élevés au rang des citoyens d’honneur de la ville de Kinshasa. Avec l’entrée de Dakar dans la COSPECO, une nouvelle ère s’ouvre pour cette commission qui veut étendre ses tentacules au niveau continental pour une action plus efficace. Une action commune d’échange et de développement qui sera confortée par la signature dans les jours qui suivent du protocole de jumelage triangulaire Kinshasa-Brazzaville-Nouakchott. En dehors de Kinshasa et Dakar, la ville de Brazzaville est aussi signataire des accords de jumelage avec la ville de Nouakchott en Mauritanie signé en 2011, la Havane à Cuba depuis 2004, Changsha en chine en 2004, la ville de Dresde en Allemagne en 1975, Milan en Italie en 2010 et la ville de Reims en France depuis 1961. Plusieurs accords de coopération, d’amitié et de collaboration lient aussi la capitale congolaise à d’autres villes du monde. Ce, grâce à la bonne politique de coopération entreprise par Hugues Ngouélondélé depuis son arrivée à l’Hôtel de ville.

Signature de l’accord de jumelage tripartite