Talangaï

Créé en 1970, Talangaï couvre une superficie de 37,42 km², avec une population de plus de 340000 habitants repartis dans 12 quartiers, 82 zones et 636 blocs.

Au départ, la zone était composée de deux petits villages : Madjiri et Intsiba. Madjiri était situé dans la zone où se trouve actuellement la commune de Talangaï et Intsiba là où se trouve l’hôpital de Talangaï. Déjà du temps de l’Afrique Equatoriale Française (AEF), deux colons de nationalité française, MM. Fournier et Monpays s’étaient installés respectivement sur le site de l’actuel hôpital de Talangaï et de l’Armée du Salut situé entre les rues Bouanga et Mbé en allant vers la rivière Tsiémé.

En 1964, quand M. Moïse TSOMBE, alors Premier Ministre de la République Démocratique du Congo (RDC) décida de chasser les ressortissants Congolais de Brazzaville, de la capitale Léopoldville, ces derniers vinrent s’installer sur ce site, que leur accorda Monsieur Joseph NGOBALI, propriétaire terrien.

Le domaine de Joseph NGOBALI s’étendait de l’avenue de l’intendance à la rivière Mikarou communément appelé Mikalou par simple déformation, en passant par le village Azouna (vers l’actuel CIESPAC), jusqu’à la rivière Ngakwi qui a donné le nom du quartier Ngamakosso

Après avoir installé ses Compatriotes expulsés de la RDC, Ngobali, procédera alors au lotissement de ses domaines d’où fût créés deux quartiers.

Le premier quartier s’étendait de l’actuel quartier 62 (Dragage), en passant par Ibeli Ndzo (les pattes d’éléphant) actuellement appelé quartier Kanga Mbandzi, zone située en face de l’hôpital de Talangaï jusqu’à l’actuel quartier NGOBALI dont il était lui-même le premier chef de quartier. Son siège était situé à la rue Mayombe, sur l’ancienne avenue de l’OFNACOM.

Le deuxième quartier, lui s’étendait de l’avenue de l’intendance jusqu’à la rivière Tsiémé et un peu plus haut vers la rivière Mikarou, dirigé par son frère cadet Jean ALIE.

Les congolais rapatriés pour la plupart de la tribu Kongo, pratiquaient l’agriculture. C’est ainsi qu’il leur fût accordé l’actuelle zone maraîchère de Kronenbourg. Aussitôt une coopérative vit le jour dont Ngobali fut nommé Président.

L’histoire nous enseigne que le nom « Talangaï » a été donné par les congolais venus de Léopoldville. Ce nom correspondait au nom d’un quartier de là-bas.

Avant de devenir un centre d’état civil de droit commun en 1970, cette agglomération était rattachée au district de Ngamaba.

Le premier citoyen à administrer Talangaï en tant que centre d’Etat civil de droit commun, fut Gilbert OPANDET.

Aujourd’hui Talangaï est limité au nord par la rivière Djiri, au sud par l’arrondissement ouenzé de l’avenue de l’intendance jusqu’à l’avenue du port, à l’ouest par l’arrondissement Mfilou à partir du rond point de mikalou jusqu’à la nationale n°2 et à l’Est par le fleuve Congo.