Un symposium sur la rumba

Les participants au symposium de musique africaine à la dixième édition du Fespam au Congo, ont plaidé le 20 juillet à Brazzaville, pour l’inscription de la musique congolaise incarnée par la rumba dans le répertoire du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, sélectionné par les Nations Unies à travers l’Unesco.

La collection du Musée panafricain de la musique s’enrichie

La délégation ivoirienne venue au Festival panafricain de la musique (Fespam ) a fait don au Musée panafricain de la musique de trois instruments traditionnels, complétant ainsi la collection déjà exixtante. Il s’agit ddu Dodo ou arc en bouche, instrument des peuples bétés de la Côte d’Ivoire. Utilisé par les conteurs dans toutes les cérémonies, il est représenté par un arc, une tige qui symbolise la flèche et une baguette de variations sonores. Un autre objet, c’est l’Ahoko ( perdrix en baoulé ) qui symbolise l’amour. Le son de cet instrument renvoie au roucoulement des perdrix. Il comprend une tige, un racleur et un résonateur. Le troisième n’est autre que le Bolon du nord de la Côte d’Ivoire. Il accompagne la danse acrobatique botoye pendant les occasions festives et est représenté par la calebasse, la peau de bête et de deux cordes tirées de la peau du même animal. Ces instruments complètent l’expositions co-organisée avec la mairie de Brazzaville dans le cadre de la 10e édition du Fespam.